ABOUT / PROJECTS
THE PARIS SUBURBS
PUBLIC BUS TOUR

(13 BUS AUTOUR DE PARIS) 

Stéphane Degoutin, Alex Knapp, Gwenola Wagon, 2007
 
Cécile Bicler's bus tour
Sam B.'s bus tour
Jing Jong's bus tour
 
   

 
Cet itinéraire vous offre un aperçu complet de la proche périphérie parisienne. Vous en ferez le tour complet sans jamais avoir à marcher, et directement en contact avec la population locale, à bord de 13 bus. Directement connectés entre eux, ils vous feront traverser 34 communes.
 
  This visit provides a good overview of the inner Parisian suburbs. Using interconnected public buses, our itinerary is designed so that almost no walking is required, while putting you in direct contact with the local inhabitants. Following our route, you will cross 34 separate townships.
 
Parcours en bus RATP d’après une carte

L'agence Nogo Voyages propose ce voyage sous forme d'une carte explicative accompagnée d'un ticket « Mobilis » permettant de faire le trajet complet. Cet ensemble est offert.
 
Nogo Voyages vous offre le billet de bus et le plan, et apprécierait en échange que vous produisiez une trace de votre expérience (faites la quête dans le bus, ramenez des échantillons d'objets ramassés sur le parcours, de discussions avec d'autres passagers, laissez des traces sur place, notez les réflexions que vous inspire cette expérience… ou toute autre proposition). L'agence réunira ensuite les différentes manières dont a été interprétée cette proposition de voyage. Les traces pourront se retrouver dans une prochaine publication.
 
 
  Public Bus Tour with a map

If you wish to experience this tour, Nogo Voyages will provide you with an explanatory map and a « Mobilis » ticket. In exchange, and since Nogo Voyages produces travels, we would like the traveller to bring back a trace of his journey. The nature of this trace is left to the traveller's will, but it has to constitute a project in itself.
 
NogoVoyages provides you with your multi-zone bus ticket and this map and requests in exchange that you keep some record or trace of your experience (images, sounds, samples, interviews) or that you leave something along the way. The agency will subsequently gather together the different ways this request has been interpreted, and may appear published in the future.
 

 
Pour recevoir la carte permettant d'effectuer le tour en bus, il vous suffit d'envoyer un chèque à l'ordre de "Stéphane Degoutin" de
- 5 € si vous habitez en Union européenne et Suisse
- 6,50 € pour le reste du monde
à l'adresse suivante:
Stéphane Degoutin, 38 rue Dunois, 75013 Paris, France.
 
  If you wish to receive the Paris Suburbs Bus Tour map, please send a check payable to "Stéphane Degoutin" of
- € 5 for a delivery in the European Union or in Switzerland
- € 6,50 for the rest of the world
to this address:
Stéphane Degoutin, 38 rue Dunois, 75013 Paris, France.
 

 
La figure de la boucle
 
La figure de la boucle périphérique est une constante du discours sur l’agglomération parisienne.
 
Elle se constitue par opposition à la configuration dominante: l’attraction centripète de la ville. Développer un réseau permettant de faire le tour de la proche banlieue semble être la solution miracle pour lutter contre la logique de la métropole trou noir où tout s’absorbe vers le centre, et résoudre du même coup le problème de déséquilibre centre-périphérie. Il suffirait d’une simple inversion topologique.
 
L’incantation à la boucle périphérique relève de la pensée magique: conjurer la force des réseaux centripètes par celle des réseaux annulaires: grands boulevards, boucle ligne 2 - ligne 6 du métro, boulevards des Maréchaux, Périphérique, A86, Francilienne, projets de rocade métro, rocade de bus etc.
 
Mais la boucle atteint un tout autre but. Restant toujours, par définition, à égale distance de l’attraction, elle manifeste dans l’espace l’éloignement du centre: je sais à quelle distance je suis selon l’anneau sur lequel je me situe. La logique annulaire matérialise cet éloignement et le fige dans l’espace construit. Elle ne fait que renforcer la logique centripète et sursignifie la distance au centre.
 
Il est donc logique que les cercles successifs des réseaux se transforment rapidement en enceintes : on habite à l’intérieur ou à l’extérieur du Périphérique, de la boucle ligne 2 - ligne 6 du métro ou de l’A86.
 
 
Elongation infinie de l'équidistance
 
C’est cette distance au centre que nous explorons dans ce voyage : elle reste invariable pendant huit heures (autant que le permet le réseau RATP), alors que le voyageur est transporté dans 34 communes, avant de retourner à son point de départ.
 
Est-il loin du centre? Le trajet est prévu pour rester à peu près à mi-chemin entre le centre de l’agglomération et les limites de la banlieue dense : au milieu d’un anneau périphérique imaginaire ceinturant Paris: ce que l’on appelle communément la "première couronne". Le voyage permet de visualiser ce que recouvre cette expression purement géographique, qui englobe des territoires très différents les uns des autres. Cela donne une vision d’ensemble rapide, une peinture à très grands traits: zones pavillonnaires et grands ensembles; passages longs et monotones et d’autres beaucoup plus variés ; contraste nord-sud; changements de végétation, de trame urbaine, de population…
 
Il s’agit d’un trajet impossible: il n’existe pas de façon pratique de faire ce tour de banlieue. Cet itinéraire le force à devenir réel, en modifiant l’usage des réseaux pour condenser dans le temps d’une journée des lieux habituellement séparés.
 
Huit heures sur la route, c’est aussi huit heures à voir ce qui se passe dans l’espace public.
 
Mais c’est avant tout un voyage dans le bus lui-même, puisque ce tour de banlieue s’effectue sans jamais en descendre (excepté aux arrêts); et donc d’explorer un espace public très différent de celui de la rue. Le bus est un microcosme mobile et clos. Un contrat social minimum y est respecté: les usagers partagent un espace commun, et acceptent la présence des autres. Le voyageur étranger ne s’y sent pas déplacé: c’est une manière commode d’entrer à l’intérieur de la vie quotidienne d’une région. Les 13 bus choisis assurent des liaisons de banlieue à banlieue, ils sont donc empruntés en grande majorité par des personnes habitant à proximité. Chaque bus possède donc une ambiance locale.
  The figure of the loop
 
The peripheral loop is a recurring figure of the discourse on Paris suburbs.
 
In opposition to the centripetal configuration of Paris, the idea of a circular network which would allow one to get around appears as a miracle solution to solve all the problems of the metropolis. It would provide an alternative to the "black hole" shaped city, where everything is absorbed by the center. It would solve the inequality between the core and the periphery... A simple topologic inversion would suffice.
 
The invocation of the peripheral loop results from a sort of magical thinking: conjuring the strength of the centripetal networks by the strength of the circular networks: grands boulevards, loop-lines 2 and 6 of the subway, boulevards des Maréchaux, Périphérique, highway A86, Francilienne ring road, projects for subway or bus rings, etc.
 
Yet, the loop creates a completely different situation. Since it stays, by definition, always at the same distance from the center, it manifests in the territory the remoteness from the center. I know how distant I am according to the ring on which I stand. This only leads to reinforce the centripetal logic, to make it even more visible and to freeze it in the built up space.
 
Therefore, it is logical that these rings act as surrounding walls: one lives inside or outside the Périphérique, the 2-6 subway loop or the A86.
 
 
Infinite elongation of the equidistance

 
This travel is an exploration of the distance to the center. It remains almost constant (as much as the public bus networks allow) during eight hours, while the traveller is carried through 34 cities, before to return to his departure point.
 
Is he far from the center ? The journey stays approximately at half distance between the center of the agglomeration and the limits of the dense suburb : in the middle of an imaginary territory commonly called "first ring". Traveling on this ring lets one visualize what this purely geographical expression stands for. It gives a quick but global view of the urban landscape: residential areas and housing projects; long and monotonous sequences alongside with varied ones; north-south contrast; changes in vegetation, networks, population...
 
The Public Bus Tour is an impossible route: there is no convenient way to travel along this loop. This itinerary forces it to become real, by modifying the way networks are used and condensate in the course of a day places that would normally be separated.
 
Eight hours on the road is eight hours seeing what happens in the public space.
 
Above all, one travels in the bus itself, since one never gets out of it during the whole tour (except at bus stops). The public space explored is very different from the one in the street. Public buses form a mobile and closed microcosmos. A minimal social contract is respected: its users share the same space and accept the presence of others in this space. The alien traveller does not feel misplaced. It is a very convenient way to peek in the everyday life of an area. Since the 13 buses always connect local destinations, they are used mostly by people living nearby. Each bus has its own local atmosphere.