ABOUT / PROJECTS
UNTAMED
Stéphane Degoutin, Gwenola Wagon, Vincent Meyer, Clarisse Anicet, Gael Darras, Guillaume Delamarche, Olivia Earle, Jérémy Lakhlef, Matthieu Ma, 2011.
 

>> UNTAMED DISCO
>> "MUTE", silent movie, 30 mn
>> "EMPTY", silent movie, 40 mn
>> "UNTAMED NIGHTCLUB", videoblog

   

«Untamed», installation sonore.

Dans la salle principale de la Commanderie, neuf haut-parleurs diffusent chacun un son différent, lacunaire, jamais complet. Le public est invité à changer lui-même les fragments musicaux. A la manière d'un puzzle sonore, ils forment la musique de la discothèque sauvage.

Les sons d'«Untamed» ont été réalisés par Clarisse Anicet, Gael Darras, Guillaume Delamarche, Olivia Earle, Jérémy Lakhlef, Matthieu Ma, de l'Esa des Pyrénées et Vincent Meyer, Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon.

Clarisse Anicet, «Prima»
Il s'agit d'une bande sonore réalisée à l'aide d'extraits de cris primates et humains, qui de part leur ressemblance, provoquent une ambiguïté et nous rappelle nos ancêtres.

Gaël Darras, «Soulèvement»
Cette composition sonore a été pensée en accord avec son lieu d'exposition. Elle est construite sur une base rythmique très présente, qui impose une atmosphère lourde mais qui, grâce à un ensemble de collages et de recompositions peut trouver quelques échappées plus aériennes. Un fond sonore créé à partir de cloches d'églises propose une approche plus envoûtante qu'apaisante qui permet, selon la sensibilité de chacun, de se projeter dans un espace fictionnel et ouvert.

Guillaume Delamarche

Les chercheurs utilisent des hydrophones (souvent utilisés à l'origine dans un usage militaire pour traquer les sous-marins) pour s'assurer de l'exacte position de l'origine des sons, permettant de les détecter, même à de grandes distances. Des recherches effectuées par le docteur Christopher Clark de l'université Cornell, regroupant des données militaires accumulées durant 30 ans, démontrent que le chant des baleines se propage sur plus de 3.000 km. En plus des informations ainsi déduites sur la production des sons chez les cétacés, ces observations ont permis une meilleure approche du trajet migratoire des baleines au cours de la saison des amours - qui s'avère également être la saison des chants.

Olivia Earle «Wicked Little Things»
Bande-son composée à partir de films d'horreur et de dessins animés, qui se super- posent progressivement. Deux univers pourtant distincts où l'un prend le dessus sur l'autre à tour de rôle jusqu'à confusion quasi-totale. Un aspect cinématographique laisse au spectateur une part d'imagination quant à un scénario possible.

Jérémy Lakhlef «Party Everywhere»

Party Everywhere" est un mixage de vidéos toutes issues d'un même évènement : une free party géante, plus communément appelée "teknival", qui eu lieu en France, à la tour du Cluzet, le 1er mai 2010. Une composition éphémère qui laisse entrevoir de manière intrigante un milieu fortement critiqué par les médias.
Des jeux de formes, de lumière ou une déstructuration graphique apportent un nouveau regard tandis que les sons tentent de s'éloigner de l'idée préconçue du "boum/boum" permanent.

Vincent Meyer, «Sauvages?»
Vincent Meyer puise dans sa discothèque («meuble, édifice destiné à contenir des disques») pour jouer sur la rencontre de multiples musiques extrêmes, orientales et occi- dentales. Ici s'articule la musique classique d'Inde du nord, le death metal, le rebetiko, le grindcore, la poésie sonore, le punk, etc. Deux sens de l'adjectif sauvage s'affrontent. Les peuples dits peu civilisés («dont le mode de vie est archaïque, primitif») sont-ils ceux que l'on croit? Ce rude collage sonore utilise des extraits d'enregistrements d'Abruptum, Anduin, Accept, An Albatross, Blood Stereo, Brutal Truth, Carcass, Christophe Tarkos, Coroner, Decapitated, Decapitated, Delia Derbyshire & Barry Bermange, Dying Fetus, Earth, Fayaz Khan, Ghédalia Tazartes, Hans-Joachim Roedelius, Henri Chopin, Impetigo, Indian Weapons, Krallice, Laibach, Laxman Prasad Jaipurwale, Mallikarjun Mansoor, Mayhem, Megadeth, Napalm Death, Obituary, Paganini, Pan-Thy-Monium, Pestilence, Prurient & Kevin Drumm, Maja Ratkje, Rebetika, Rudimentary Peni, Shellac, Siege, Syd Barett, The Screamers, Tolerance, Vladimir Jankélévitch, Walking Bros, Winter, Wooden Veil, ZNR et Zu.

Gwenola Wagon et Stéphane Degoutin
Des morceaux de liaisons et de transitions qui cherchent à créer des relations entre tous les sons de la discothèque. «Sauvage» est pris dans son sens étymologique, qui n'est pas tout a fait un antonyme de civilisé: le sauvage est «celui qui habite la forêt, silva en latin (se dit selvaggio en italien; la selva= la forêt). Il est censé marquer la frontière entre l'humanité et l'animalité.